STUDIO RITUEL : LE PILATES COSMOPOLITE

À quelques pats de Montparnasse se trouve une petite pépite : le studio Rituel, ou Rituel comme l’appellent les habitués.

Un studio accueillant, sain, chaleureux et multidisciplinaire (Pilates, Yoga, Gyrotonic, Xtend Barre) de forme et de bien-être dont la philosophie de vie est de prendre soin de soi au quotidien sans aucune notion d’effort mais uniquement dans le plaisir.

Sous l’oeil bienveillant de Verena Tremel, danseuse classique d’origine autrichienne, elle a souhaité casser les codes et ainsi être « movement educator » plutôt que « sport teacher » et par là même, démystifier les disciplines. Le studio Rituel n’est pas qu’un club de sport, ici on parle corps et mental, on fait du fonctionnel.

Les enseignants s’adaptent à chacun, dans le souci de respecter les corps et les besoins grâce à une écoute réelle, un vrai dialogue et leur compréhension des tenants et aboutissants de chaque posture.

On respire, on s’étire, on se gaine, on se dépasse en toute confiance en pratiquant l’une des 9 disciplines proposées, en cours individuels, en duo ou en collectif grâce à un équipement de pointe : Reformer, Cadillac, Wunda Chair, Ladder Barrel, Spine Corrector, Avalon Chair, MotR et Oov, Gyrotonic, le studio Rituel étant le seul en France à disposer des 5 machines existantes.

Rituel est un studio cosmopolite et un lieu de partage qui s’adresse à tous femmes, hommes et enfants.

16 Rue de la Grande Chaumière, 75006 Paris

01 53 10 86 00

Rencontre avec Verana Tremel

Directrice du STUDIO RITUEL

Verena, peux-tu nous raconter ton parcours.

Je suis d’origine Autrichienne, après avoir vécu de nombreuses années à New-York j’ai décidé il y environ treize ans de m’installer en Paris, la France étant un pays qui me tenais particulièrement à cœur. J’ai commencé la danse très jeune à Vienne en Autriche. A l’époque Vienne était un haut lieu de la danse, ce qui permettait de se former à plusieurs disciplines en même temps même si les frontières artistiques étaient très fermées. Or, dans les arts comme en toute chose, c’est un fait : si on ne s’ouvre pas, on reste dans la « old school », on n’évolue pas. C’est pour cela que j’ai décidé à 18 ans de partir m’installer à New-York, la ville de tous les possibles. Je me suis inscrite à des cours de danse classique et moderne mais également à des cours de claquettes, chant et comédie. Il y avait une vraie liberté, j’ai pu choisir mes professeurs comme mes compagnies. Je courais sans cesse mais ma passion me donnait des ailes. Dans le même temps, j’ai fait la découverte de la gyrotonic et dans la foulée du yoga. Cela peut paraître anecdotique tout cela. Pourtant, il n’en est rien. Le yoga et la gyrotonic sont devenus une part prégnante de mon entrainement physique régulier. Je dansais, apprenais, enseignais, m’entrainais… Plus je pratiquais et trouvais les réponses que je cherchais, plus je m’ouvrais à d’autres pratiques. C’est ainsi que j’ai découvert le Pilates à New-York où j’ai passé treize années d’ouverture, de circulation des idées et de rencontres décisives. Quand je suis arrivée à Paris en 2005, ville de mes rêves, je me suis installée au 16 rue de la Grande Chaumière. A l’époque la pratique du Pilates n’était pas très connue à Paris, j’y ai vu un véritable défi, je voulais faire découvrir et enseigner tous les bienfaits de cette pratique au plus grand nombre. J’ai ainsi intégré le studio Elément rebaptisé par la suite Studio Rituel dont je devenue la directrice.

 

Pourquoi avoir choisi de diriger le studio Rituel?

Le studio Rituel, c’est une longue histoire J. Mais comme vous l’avez peut-être compris, je ne l’ai pas tout de suite dirigé. J’ai d’abord commencé par y enseigner. J’adore enseigner, faire progresser l’autre et voir le chemin qu’il accomplit, cela a un sens très fort pour moi. Carole Polakoff qui dirigeait Élement l’avait compris. Rapidement, elle m’a proposé le poste de directrice de l’enseignement. J’avais la responsabilité du recrutement des professeurs mais plus encore, celle du contenu des formations. Le studio Rituel était très axé Pilates. Dans les années 2000 le Pilates et le yoga n’étaient pas très populaires, du coup quand Carole a eu envie de vendre, j’ai réalisé qu’il y avait là une carte à jouer. Certes, je n’avais pas de capitaux mais avec de l’énergie, on pouvait le relancer. Du moins, j’y croyais et fort heureusement, une autre personne y a cru. Une américaine, Deborah Palmer Keiser. Cette association a été un déclic, même si après j’ai repris seule le centre. J’ai donc été assez rapidement en front-line. C’était vertigineux quelque part, mais tellement stimulant. J’ai tout remodelé. J’ai fait entrer des disciplines complémentaires. Puis, naturellement, l’équipe s’est agrandie. Et nous nous sommes équipés de plus en plus.

 

Quel est le concept de votre studio? Qu’est-ce qui vous différencie des autres clubs de sport ?

De n’être pas qu’un club de sport, justement ! Chez Rituel on parle corps et mental donc, on fait du fonctionnel. C’est ça, notre différence. D’être « movement educator » plutôt que « sport teacher », et par là même de démystifier les disciplines. On s’ouvre, on libère et on diversifie les disciplines pour qu’elles ne soient pas mises dans des carcans afin de s’adapter aux besoins et au niveau de chacun. Au studio Rituel l’échange est la base de notre enseignement.

 

Quelle est la clientèle du studio ?

Des jeunes, des middle âge, des séniors, des Parisiens, des citoyens du monde… Nous n’avons pas de profil type. En revanche, ils ont assurément tous un point commun : ce sont des gens gentils, bienveillants, tolérants et ouverts. Autrement dit, avec de vraies valeurs humaines. Et ça j’en suis particulièrement fière.

 

Comment recrutez-vous vos professeurs ? Sur quels critères ?

Un bon professeur est un esprit curieux, cartésien, qui aime apprendre et plus encore comprendre. C’est le B.A.BA. Après, il doit être aussi de haut niveau, évidemment. Mais cela ne suffit pas. De même qu’une certification n’est pas tout, loin de là. En fait, quand on recrute, on veille à ce que l’enseignant soit porteur d’une énergie positive. Les autres cours doivent l’inspirer. Sinon, il y a danger pour la cohérence de l’équipe pédagogique. Concrètement, il doit être dans le don aux autres. Et ce, sans supériorité aucune, jamais.

 

Un cours privé, cela s’adresse à qui ?

Potentiellement à tout le monde. Un cours privé c’est juste une dynamique différente d’un cours collectif. On est mieux encadré, toutefois on perd ce que le groupe est susceptible de nous apporter. Or, c’est important aussi un groupe en termes de cohésion, d’esprit, d’impulsion… Dans l’idéal, il faudrait donc pouvoir alterner : des cours privés pour se perfectionner et peaufiner ses mouvements, et des cours collectifs pour prendre cette énergie que seule donne la diversité des singularités.

 

À côté de tes cours, comment intègres-tu le bien-être dans ton quotidien ?

Vivre pleine conscience, j’essaie d’être dans le moment présent, c’est mon grand défi : comment l’appliquer dans ma vie quotidienne, apprécier le moment présent. La vie est assez stressante j’essaie donc de transformer mon stress en stress positif. Dans la danse et dans ma pratique sportive j’apprend à respirer. J’essaie de méditer au moins une fois par jour 5 min et 30 min quand je peux. Cela e permets de faire le point avec moi même, me recentrer pour recharger ma batterie. J’ai récemment fait une formation de pleine conscience de huit semaines, celle-ci est délivrée au studio rituel. Tout ce que je propose au studio c’est ce que je trouve bien pour le monde pour trouver son healthy mood dans la vie quotidienne.

 

En 3 mots, pour toi le mode de vie healthy c’est?

Le mode de vie healthy n’est pas seulement ce que tu manges mais comment tu manges, comment tu es présent dans chaque moment. Le plus important  c’est de prendre du plaisir dans ce que l’on fait, quand je mange c’est avec plaisir  et cela devient alors healthy. Ainsi on peut manger un banana spleetmanger avec plaisir mais si ca fait du bien alors c’est healthy. Il faut juste vivre en pleine conscience et se faire du bien. C’est aussi l’équilibre entre le calme et la motivation. Il me faut des défis. C’est du stress positif. J’essaie aussi de me tempérer et prendre du recul, trier les projets qui m’inspirent et qui me donnent vraiment du plaisir.   Ta routine matinale?  Je me douche pour me réveiller, je petit déjeune puis je prépare mes cours pendant 1h pour mettre la machine en route.  

Quel est ton mantra ? Ta philosophie dans la vie ? J’ai deux mantras : « Ici et maintenant » « J’inspire, je calme mon corps, j’expire je sourit »

 

Tes adresses healthy? Cantine Simple, tout est fait maison, tout est bio, gourmand le décor est cosy avec l’impression d’être à la maison. Toute la décoration a été réalisée par Sybille la fondatrice. C’est très familial sans chichi. Quand j’y vais je me sens chez moi. C’est la même philosophie que je veux véhiculer chez Rituel se sentir comme à la maison. J’aime également beaucoup Judy, le Marché bio Raspail ou je vais faire mes courses une fois par semaine. J’y achète notamment mes fleurs pour le studio au comptoir des roses.

Envoyer l'article à un(e) ami(e)

×

* Obligatoire

Envoyer à un(e) ami(e)